Mémoire - Ambrief: un mur du souvenir /l'oeuvre des soldats en pleine lumière

Ambrief / Un mur du souvenir pour la commune: l'œuvre des soldats en pleine lumière

mur_ambr.jpg

Article publié le mercredi 24 octobre 2012

                  Les élèves et leur  professeur  d'architecture  ont montré  leurs projets  au maire.

               Les élèves et leur professeur d'architecture ont montré leurs projets au maire.

 

Des pierres sculptées par des soldats entre 1914 et 1915 constitueront un mur du souvenir à Ambrief, une commune dépourvue de monument aux morts.

LES enfants du centre trôneront désormais au milieu du village d'Ambrief. La mention était connue de certains, elle sera maintenant visible de tous, puisque la pierre sur laquelle elle est gravée a pris place sur l'un des côtés de l'ancienne école. Ce sera le mur du souvenir pour ce bourg, en l'absence de monument aux morts.
Depuis plusieurs années déjà, Nicolas Bertin, le maire, souhaitait mettre en valeur les douze pierres sculptées sur place par des soldats durant la Première Guerre mondiale.
C'est chose faite : elles accompagneront la plaque portant le nom des enfants de la commune, morts lors des conflits. Une présentation officielle aura lieu le 10 novembre, à 10 h 30.
« Le front s'était stabilisé là », indique le premier magistrat, dont la famille est implantée à Ambrief « depuis 1592 ». Aussi a-t-il même des photos de l'époque. Entre octobre 1914 et pendant une partie de l'année 1915, raconte-t-il, le village « servait de premier camp de repos ».
Des combattants ont orné des pierres sur le mur d'un bâtiment, à l'entrée d'Ambrief.
« C'était la vitrine ! », imagine Jérôme Butet, membre de l'association Soissonnais 14-18, indiquant que, si les inscriptions gravées ne sont pas rares dans le secteur, « dans cette configuration, ce n'est pas ordinaire ! » Il s'y connaît puisqu'il vient de réaliser un travail universitaire sur les graffitis de la Grande Guerre. Professeur au lycée Le Corbusier, il a proposé à la mairie de susciter un travail des élèves scolarisés dans son établissement. Ainsi, des projets, se souvient-il, ont été préparés par des jeunes en terminale bac pro, dans la section étude de prix, avec leur professeur d'architecture, Laurent Tissot. « On les a présentés au conseil municipal d'Ambrief, les élus ont été enthousiastes. »
Une botte allemande
À présent, les élèves préparant un CAP maçonnerie ont investi les lieux pour constituer un mur avec ces pierres, réaliser un soubassement en béton, le tout contre le bâtiment communal.
Les abords devraient également être aménagés par la suite avec une aire de repos, un banc et même un espace fleuri.
Chacun pourra se recueillir devant les noms inscrits sur la plaque, jusque-là conservée à l'intérieur de la mairie et définitivement exposée à l'extérieur par la suite.
Le maire devrait même prononcer quelques mots sur les circonstances du décès de certains. Il est aussi désireux de montrer les inscriptions et dessins, évoquant, par exemple, celui représentant « la botte allemande grignotée par un rat ». Tout un symbole…
Laurence PICANO

 


Date de création : 23/12/2012 @ 10:50
Dernière modification : 23/12/2012 @ 11:16
Catégorie : Mémoire

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^