Des actions variées - Documenter pour faciliter la quête des familles,
Louis-Georges Bernard du 45e BCP

Documenter

 

Faciliter la quête des familles pour des soldats tombés au loin,

le parcours de Louis-Georges Bernard du 45e BCP

 

Mme Marie-Christine Carminati suit le parcours de son grand-père,  Louis-Georges Bernard, du 5e BCP puis 45e BCP, né le 10 Août 1887 à Saint-Nazaire, décédé le1er novembre 1914 à Bucy-le-long après un passage dans le secteur de Confrécourt en septembre 1914.

 

LGBernardcie.jpg

Louis-Georges Bernard photographié dans son bataillon en 1912 à la caserne de la Madeleine Saint-Etienne-les-Remiremont (Vosges) [cf infra en cartes postales], dans la 4e compagnie, 2e peloton aux ordres du capitaine Coste [Louis-Georges Bernard est au 1er rang, le 2ème en partant de la droite]

 

LGBernardcCaserne1Vosges.jpg

LGBernardCaserne2Vosges.jpg

 

LGBernardHistorique.jpg

Extrait de l’Historique du 45e BCP en octobre 1914

«Après le recul ennemi, il nous fallut aborder le plateau de Nouvron. Le Bataillon s’empara d’une des coupures qui le pénètrent entre Hautebraye et Vingré. Nous organisâmes ensuite une partie du plateau de Ste-Léocade entre Hautebraye et Saint-Pierre –les-Bitry. A l’Est de Soissons, le champ de nos exploits était le plateau de Vregny, profondément échnacré par les ravins à pic de Chivres, du Moncel, de Bucy et de Crouy. Les pentes de ces ravins sont généralement boisées et très rapides. D’immenses creutes d’où on a extrait de la pierre qui a servi à construire villes et villages de la vallée, … »

 

LGBernardRegion.jpg

LGBernardIgn.jpg

Cartes montrant le secteur de ses derniers combats (septembre 1914 à Chevillecourt, octobre 1914 à Bucy-le-long), le lieu de sa blessure (à l’Est de Soissons, à Vregny) et le lieu de sa sépulture (près de l’église Ste-Marguerite [point rouge avec croix])

 

 

LJBernardChevillicourtsept14.jpg

Carte montrant l’emplacement de la 8e Compagnie du Sous-Lieutenant Louis-Georges Bernard à la tranchée de l’arbre en boule où il a été blessé (Archives SHD GR26N827O180019T)

 

LGBernardTranchee.jpg

LGBernardTranchees.jpg

LGBernardTranches.jpg

Site où le Sous-Lieutenant Bernard fut mortellement blessé photographié le 22 novembre 2016

 

LGbernard1et2nov14.jpg

LGbernard3nov14.jpg

Extrait des journaux de marche  de novembre 1914 (Archives SHD GR26N827O180017T) notant sa mort au combat à Bucy-le-Long le 1er novembre 1914.

«1er novembre: Dans la soirée le Sous-Lieutenant Bernard de la 8e Compagnie est blessé mortellement en poussant une reconnaissance à la lisière du bois. Tué de la journée: Sous-Lieutenant Bernard»

«3 novembre : Funérailles du Sous-Lieutenant Bernard qui est inhumé au cimetière de Ste-Marguerite.»

 

 

Il a d'abord été enseveli, sommairement, dans l'enfer des combats, devant l'église Ste-Marguerite de Bucy-le-long, puis ensuite, décemment dans l'enclos paroissial, où sa veuve et ses enfants sont allés déposer un peu plus tard une plaque sur sa tombe.

 L'Association des Anciens Combattants de Bucy-le-long lui a notamment rendu un hommage en 2014.

 

LGBernardEglise.jpg

LGBernardCarre.jpg

LGBernardTombe.jpg

Enclos paroissial de Bucy au pied de l'église Sainte-Marguerite, carré militaire des 6 chasseurs et tombe du Sous-Lieutenenat Louis-Georges Bernard photographiés le 22 octobre 2016.

 

 

LGBernardLettre19311.jpg

LGBernardLettre19312.jpg

Lettre de Mme Couvron de 1931 transmise par Mme Carminati

 

 

Sainte-Marguerite 23/11/31

                            Madame,

 

         Selon la promesse faite à vous et à votre famille, je m’empresse de vous informer que le lieutenant Bernard doit être exhumé mercredi 25 novembre pour être inhumé à nouveau dans une autre place de notre cimetière avec quelques autres soldats.

         Suivant votre désir, j’assisterai à cette opération pour y reconnaître et m’assurer de l’identité des corps.

          J’aurais voulu en faire part aussi à la sœur du lieutenant qui me l’avait demandé.

         Malheureusement, j’ai égaré son adresse et je vous serais obligée de bien vouloir la prévenir à ma place si vous le jugez utile.

         Je vous demanderai aussi de bien vouloir me répéter cette adresse dans votre prochaine lettre.

         Je lui ferai part du résultat de l’exhumation en même temps qu’à vous, sitôt reçue votre missive.

         Vous espérant en bonne santé, ainsi que vos filles, je vous adresse, Madame, mes sincères sentiments.

                                                                  E. Couvron

 

Melle Couvron

Ste-Marguerite – Commune de Bucy-le-long (Aisne)

 

LGBernardLettre19181.jpg

LGBernardLettre19182.jpg

LGBernardLettre19183.jpg

Lettre du 19 novembre 1914 rédigée par l’Aumonier qui l’a assisté dans les derniers moments de sa vie, transmise par Mme Carminati.

 

           Une campagne près Soissons le 19 novembre 1914

 

Madame,

 

         Les renseignements que l’on vous a donnés sur mon intervention auprès de mon ami, monsieur le lieutenant Bernard, sont très exacts. Par une suite de circonstances providentielles, où j’ai admiré le doigt du Bon Dieu, je me suis trouvé là au moment où on rapportait des tranchées le corps de votre mari. Au commandant qui lui exprimait toute sa sympathie et cherchait à lui donner de la confiance, il a répondu « mon commandant, je préfère que ce soit moi, plutôt que l’un de mes hommes. Vous m’avez donné l’ordre de faire faire des reconnaissances, j’y suis allé moi-même. » En arrivant à l’infirmerie du bataillon, à Sainte Marguerite près Vénizel, dans l’Aisne, je me suis approché davantage du lieutenant. Voici très exactement la conversation qui s’est engagée entre nous.

         Le lieutenant m’a demandé qui lui causait

  • « Leclère »
  • « Le sergent major de la 9e compagnie ? »
  • « Oui. Souffrez-vous beaucoup ? »
  • « Oh oui ! »
  • « Espérez quand même. Les maisons sont là, vous arrivez à l’infirmerie : on va vous soigner ».
  • « Oh ! je suis perdu ».
  • « Mais non. Si vous le vouliez, je pourrais cependant vous mettre en règle avec le Bon Dieu. C’est toujours prudent. »
  • « Oui, je veux bien. »

         Tout de suite j’ai demandé au lieutenant de faire un acte de contrition. Il a esquissé comme il l’a pu un signe de croix pendant que je lui donnais l’absolution.

         Quand ce fut fini, le lieutenant Bernard a exprimé toute sa reconnaissance.

         « Serrez-moi la main », m’a-t-il dit. Et ce faisant, j’ai pensé à le faire pour tous les siens.

         Rentré à l’infirmerie, le lieutenant Bernard expirait quelques heures après, vers 11 h du soir, au 1er novembre.

         Il repose en terre bénite au petit cimetière de Sainte Marguerite où il attend la récompense que lui doit la Patrie, en jouissant déjà de celle du Paradis des Braves.

         Tels sont, Madame, jetés en hâte les souvenirs qui me restent des derniers  mots / moments du lieutenant Bernard, mon ami, mon camarade de campagne.

En terminant, permettez-moi de vous exprimer l’expression de la profonde sympathie que je garde pour votre famille et de vous assurer du concours de mes pauvres prières pour le repos de l’âme de votre mari.

 

                                                                  Vincent Leclerc              

 

 

 

LGBernardlIVRET.jpg

Son livret militaire mentionnant ses qualités de tireur dès 1909 : «très bon tireur», «tireur de 1ère classe» récompensé. La mention «mort pour la France le 1er novembre 1914 à 27 ans» est accompagnée de la citation «Légion d’Honneur, cité à l’ordre de la nation».

 

LGBernardFiche.jpg

Sa fiche matricule précise «tué à l’ennemi» à «Ste-Marguerite» dans l’Aisne.

 

Article produit grâce aux recherches menées par Serge Hoyet en octobre 2016

logo2016_association.jpg


Date de création : 10/11/2013 @ 22:56
Dernière modification : 02/11/2016 @ 22:29
Catégorie : Des actions variées

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°2 

par MC_Carminati le 01/11/2016 @ 12:16

In memoriam, aujourd'hui à 17 heures est décédé LG Bernard, et il y a 102 années.

 

    Une année, à Bucy-le-Long, après que nous ayons fait la route de Lyon à Villers-Cotterêts et Villers-Cotterêts à Bucy-le-Long, nous sommes arrivés, par le fait du hasard, à 17h au pied de l'église, au cimetière, au moment où 5 coups tintaient au clocher.

C'était ainsi que cela devait se passer, j'ai réalisé en arrivant sur place...

MChristine, 1er novembre 2016


Réaction n°1 

par MC_Carminati le 25/10/2016 @ 19:19

   Bonjour,


j'ai pris contact avec Monsieur Jean-Luc Pamart, il y a treize années environ...
Nous nous sommes exprimés au téléphone, assez souvent.


...Ma mére avait beaucoup souffert de la mort de son pére, Elle ne parlait pas beaucoup de cela; et donc il a fallu que je m'arme de patience pour avoir les documents nécessaires pour me mettre en relation avec "vous". Elle parlait toujours de "faire son devoir"...

 

 Merci de tout ce que vous pourrez me dire pour la mémoire de mon grand-père. Ah, oui, je n'ai pas de mal à partager l'émotion de cette famille, merci pour nous tous..!

Bien sincèrement à vous,

Marie-Christine Carminati


^ Haut ^