L'association
 ↑
INSCRIVEZ-VOUS!
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
116 Abonnés
 ↑
Les Livres
 ↑
L'écho du Plateau
 ↑
Découvrir...
 ↑
Revue de presse
 ↑
Manifestations 2017
Archives Centenaire
 ↑
Contact/Adhésion
 ↑
Recherche



 ↑
Livres amis - Fusillés: La promesse des âmes

    Eve Carmignani, présente le 6 décembre 2014

aux commémorations du Centenaire des fusillés de Vingré,

nous immerge dans les scènes de décembre 1914 avec son dernier livre,

La promesse des âmes.

lapromessedesamescouv.jpg

 

"Roman librement inspiré de faits réels

et particulièrement des fusillés pour l'exemple de Vingré

("Martyrs de Vingré" à Nouvron-Vingré, dans l'Aisne le 6 décembre 1914)

en hommage à leur mémoire"

"Un livre écrit par une femme pour les femmes,

les hommes et les adultes de demain, pour sensibiliser, transmettre"

Si vous souhaitez un exemplaire dédicacé vous pouvez vous adresser à l'auteur.

evejeanluc.jpg

En compagnie de Jean-Luc Pamart le 6 décembre 2014 à Vic-sur-Aisne

 

http://evecarmignani.com/interest.htm

 

Quelques extraits:

Nos unités s’étaient établies au sud du plateau de Confrécourt, une vaste esplanade, entaillée de part  en part par une plaie béante. Puis elles avaient tenté d’attaquer la zone tactique. L’objectif : s’emparer de la côte 150, limite du reflux allemand, un enjeu pour lequel se déchaînaient des forces colossales. Les assauts, aussi furieux furent-ils, n’enfonçaient pas les lignes adverses. L’ennemi défendait sans répit son territoire, il contrattaquait pour expulser nos troupes sur la rive opposée du fleuve. Les ordres français étaient clairs : tenir coûte que coûte. La position se révélait intenable.    (page 66)

 

A leur arrivée sur le site de Confrécourt, les Allemands avaient trouvé une vaste étendue de chaumes blonds, une exploitation où les meules s’alignaient paisiblement et les gerbes de blés reposaient langoureuses et frémissantes sur la terre lourde et grasse. (page 105)

 

Ce système singulier de creusement pour guerroyer, inconnu jusque-là, avivait ma curiosité. Les vivants étaient sous terre, les défunts dessus, les obus les recouvraient. Il me semblait devenir plus encore animal. Fauchot disait que nous ressemblions à des taupes. (page 107)

 

… dans un coin de caverne grimpait un escalier, une bouche sombre, constituée de pierres et de terre meuble. Cette gueule d’ombre nous permettrait de nous élancer. La creute ouvrait sa gorge profonde telle une trappe. Nous accédions en surface au champ de bataille situé au-dessus de nous. Dans les grondements de l’artillerie, avant de franchir ce dernier rempart, nous nous agenouillions au pied de la chapelle devant laquelle nous cherchions protection, où nous déposions de ferventes prières, nos espoirs d’hommes. Sous la terre des milliers d’âmes priaient. (page 181)

 

Il n’y a qu’un seul moyen de les faire avancer…

En faisant un exemple, la division donnait une leçon d’obéissance et de devoir. Selon elle, la discipline représentait l’avantage et les hommes ne reculeraient plus devant leurs obligations s’ils avaient derrière eux un peloton d’exécution.

Ce soir-là de novembre 1914, dans la tranchée, en une demi-heure, nous avions perdu quelques dizaines de mètres de terrain que nous avions aussitôt  récupérés. Nos destinées avaient été engagées à partir de cet incident qui n’en était pas vraiment un. C’est cela Vingré, l’histoire d’une terrible injustice, d’un crime. Notre histoire. (page 304)

 

 

 


Date de création : 07/12/2014 @ 11:02
Dernière modification : 25/08/2016 @ 10:39
Catégorie : Livres amis

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



^ Haut ^