Les autres fusillés du Soissonnais - Léonard Leymarie

Léonard Leymarie du 305e RI

fusillé le 12 décembre 1914 à Port-Fontenoy

 

Plaque_Leymarie_copie.jpg

 

CONTEXTE

Depuis le passage de l'Aisne, le 13 septembre 1914, les régiments français ont du mal à se maintenir sur les plateaux au nord de la rivière continuellement balayés par les mitrailleuses allemandes. Pour conserver ses positions, le commandement français tente de compenser par la peur la faible valeur combative des unités qu’il met en ligne. Elles sont constituées d'unités mal encadrées et souvent constituées de réservistes. Ainsi, chaque mois est marqué par les condamnations à mort : 10 octobre, 238e RI deux condamnés ; 15 novembre, 42e RI un condamné ; 4 décembre, 298e RI six condamnés, 12 décembre, 305e RI Leymarie ; 28 janvier, 42e RI un condamné ; 12 février, 60e RI, Lucien Bersot.

À la décharge des chefs d’unités, le haut commandement leur intimait l’ordre ne pas reculer : tenir coûte que coûte, était la consigne. Que valait une vie humaine alors que chaque jour des dizaines de combattants tombaient sous les balles ennemies, si elle permettait de tenir ?

 

LEYMARIE

Emprisonné à Ambleny, jugé à Saint-Bandry, Léonard Leymarie a été fusillé à Port-Fontenoy le 12 décembre 1914. Il est aujourd'hui enterré dans le cimetière militaire d'Ambleny.

Accusé de mutilation volontaire, il prétendait s'être blessé accidentellement à la main gauche en voulant nettoyer le canon de son fusil. Personne ne pouvait témoigner en sa faveur car il était seul dans cette partie de tranchée. Malgré ses deux enfants, Leymarie fut fusillé.

Il s'agissait évidemment de faire un exemple. Deux témoignages le suggèrent. Elie Vaudrand (Il fait trop beau pour faire la guerre) raconte qu'un bataillon du 305e a refusé d'attaquer le 12 novembre. Onezime Henin (Ambleny le temps d'une guerre), ajoute que ce n'est pas la première fois que le régiment refuse de combattre et qu'une quinzaine de soldats se sont mutilés.

Après la guerre, la demande de réhabilitation de Leymarie fut rejetée en octobre 1921 et confirmée par la cour de cassation de Limoge en juillet 1922. Cette décision a été prise non pas car Leymarie était présumé coupable mais parce qu'il n'y avait pas d'éléments nouveaux permettant de rouvrir le dossier. Entre temps l'État avait eu des doutes sérieux sur la culpabilité de Leymarie au point de lui accorder la mention « mort pour la France ». Sans le dire, c'était une forme de réhabilitation et, en droit, permettait l'inscription sur le monument aux morts. Pourtant, c'est le statut de fusillé qui a prévalu jusqu'en 2010, puisque les différentes municipalités ont toujours refusé de graver le nom de Léonard Leymarie sur le monument aux morts de Seilhac.

 

 

Leymarie_DR.jpg

 

Leymarie_MDH.jpg

 

Située à proximité de l'église, une stèle a été érigée en l’honneur de deux soldats français fusillés pour l'exemple dont Léonard Leymarie. On peut y lire : "A la mémoire de Léonard Leymarie du 305e R.I. fusillé le 13 décembre 1914 à Port-Fontenoy et Lucien Bersot du 60e R.I. fusillé le 13 février 1915 à Fontenoy. Reconnus innocents et réhabilités en 1922-1923".

STELEfONTENOY.jpg

 

Léonard  Leymarie, est inhumé à la nécropole d'Ambleny (tombe n° 135, carré B)

 

Croix_Leymarie_copie.jpg

Cimetiere_6_copie.jpg

 

ECOUTONS JEAN-LUC PAMART EVOQUER CES FUSILLES DE 1915:

nb: cet extrait sonore est issu d'un enregistrement lors de la visite des carrière de Confrécourt le 1er dimanche de juillet 2016: savourez à distance cette visite où Jean-Luc Pamart évoque les graffitis de la carrière du 1er Zouaves, les fusillés et ne vous laissez pas déconcentrer par le son des manivelles qui servent à recharger des lampes!

 

 

A Fontenoy le circuit des fusillés notifie par ce panneau les lieux des drames.

fusillespanneauF.jpg

http://www.musee-territoire-1418.fr/Parcourir/En-voiture/Circuit-des-fusilles

 

Lisez aussi l'article sur Bersot ICI.


 


Date de création : 11/01/2015 @ 23:01
Dernière modification : 12/07/2016 @ 14:54
Catégorie : Les autres fusillés du Soissonnais

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^