Cérémonies de juin 2015 - Centenaire de la bataille de Quennevières du 5 au 14 juin 2015

Centenaire de la bataille de Quennevières

du 5 au 14 juin 2015

à Moulin-sous-Touvent

avec l'APRAK & Soissonnais 14-18

 

Exposition de photographies

sur la bataille de Quennevières

& les chapelles souterraines.

Son & lumières.

Conférences.

Inaugurations.

 

affiche_Moulin_conf_erence_remi.jpg

 

Les 5, 6 et 7 juin, nous nous sommes retrouvés à Moulin-sous-Touvent et les villages avoisinants pour revivre cette bataille dramatique, l’une des plus meurtrières  dans l’Oise. En effet, si les débuts des combats furent glorieux pour les troupes françaises, les contre-attaques allemandes nous ramènent dans les positions de départ. Conclusion, pour un gain de terrain dérisoire, 10000 soldats français et  4000 soldats allemands seront tués, blessés ou mis hors de combat.

On les grignote…

Votre association a participé à cette commémoration par des expositions à Moulin-sous-Touvent et Nampcel, la restauration de la tombe du Général Collardet et par notre soutien au spectacle son et lumière « Les hommes de boue » qui s'est joué les 5 et 6 juin devant l’église de Moulin-sous-Touvent.

Des « Marches pour la paix » ont été proposées le dimanche 7 juin au départ des villages de Tracy le Mont, Carlepont, Nampcel et Moulin-sous-Touvent et ont convergé toutes vers la butte des Zouaves.

Ce fut aussi l’occasion de retrouver  nos amis de l’Aprak et de Patrimoine de la Grande Guerre qui participèrent également à l’animation de ces journées du souvenir. Sans oublier la conférence de Rémi Hébert, le spécialiste de cette bataille, menée le dimanche 7 juin à 15h dans l’église de Moulin.

 

Le soleil fut de la partie, comme il y a 100 ans où les Zouaves avaient souffert de la chaleur.

 

_affiche-Moulin72.jpg

 

avec une conférence de Rémi Hébert sur la Bataille de Quennevières,

le 7 juin à 15h00 à l'église de Moulin-sous-Touvent

 

_affiche-Nampcel72.jpg

 

En voici quelques extraits photographiques:

 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

6.jpg

7.jpg

8.jpg

9.jpg

10.jpg

11.jpg

12.jpg

13.jpg

14.jpg

15.jpg

16.jpg

20.jpg

17.jpg

18.jpg

19.jpg

 

La genèse de la bataille de Quennevières, Rémi Hébert.

1915. La guerre de tranchées s’enlise.  Il s’agit donc de percer le front. Joffre lance le 9 mai la seconde bataille d’Artois avec toute la puissance disponible. Mais à partir du 13, un semi échec se dessine. C’est dans ce contexte que Joffre décide d’allumer un contre-feu en lançant une attaque sur un autre front.

Il demande alors au général Dubois, commandant la VIe Armée qui tient le front de Vénizel à la vallée de l’Oise,  de lui proposer des actions d’envergure. Pour Dubois, une évidence s’impose : il faut enlever le front allemand au Sud de la ferme de Quennevières car à cet endroit selon lui, il y a une menace  constante pour les lignes françaises et aussi parce que selon l’un de ses subordonnés, le tout nouveau général Nivelle, « les meilleures conditions [de réussite] sont réunies »  pour percer.

En d’autres termes, il y a toutes les chances de percer les lignes allemandes  à cet endroit  tout en mettant fin à une vulnérabilité du front français. Joffre se laisse convaincre, la bataille peut s’engager.

L’objectif consiste à s’emparer d’un seul coup des 1ère et 2ème lignes allemandes sur un front de 1100 m de part et d’autre de Quennevières. A partir de là, en bordure du ravin, il faudra élargir la brèche et  prendre l’ennemi à revers.

Pour ce faire, le général Nivelle dispose de moyens considérables en hommes (14 bataillons) et en artillerie (la quasi-totalité de l’artillerie du 35e Corps d’Armée), 6 batteries de 90 et 25 de 75. D’autres troupes sont amenées en réserve.  Après une impressionnante et méthodique préparation du terrain, la bataille commence le 6 juin et dure onze jours sans grand répit.

Après septembre 1914 et la bataille de Crouy, nulle part, dans notre région, il n’y eut de combats aussi acharnés et aussi  effroyablement meurtriers qu’à Quennevières.

 

La bataille, présentée comme une victoire dans toute la presse fut en réalité une victoire à la Pyrrhus dans laquelle  un gain territorial presque négligeable et sans aucun intérêt stratégique occasionna la perte de 10300 hommes[1]



[1] Pertes françaises (tués, disparus, blessés, prisonniers) .

 

capture_affiche.jpg

depliant1.jpg

depliant2.jpg

Sans oublier la revue de presse:

http://soissonnais14-18.net/articles.php?lng=fr&pg=2397&mnu_modecol=W

http://soissonnais14-18.net/articles.php?lng=fr&pg=2398&mnu_modecol=W

 


Date de création : 05/04/2015 @ 09:31
Dernière modification : 12/09/2015 @ 16:19
Catégorie : Cérémonies de juin 2015

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^