Manifestations associatives - Une tranchée de 1915 reconstituée

Une tranchée de 1915 reconstituée

L'Union, cahier central, 24 août 2015

presse24aout1.jpg

presse24aout2.jpg

presse24aout3.jpg

presse24aout4.jpg

presse24aout5.jpg

 

  La salle des fêtes de Vic-sur-Aisne, près de Soissons, va accueillir une exposition sur la vie dans les tranchées en 1915. L’une d’elles va être reconstituée sur 100 mètres carrés avec un grand souci du détail.

 

Les faits

  • L’exposition sur les tranchées de 1915, présentée par l’association Soissonnais 14-18 se tient du 12 septembre au 15 novembre à la salle des fêtes de Vic-sur-Aisne.
  • Elle sera ouverte le samedi de 14 à 18 heures et le dimanche, de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures ou sur rendez-vous.
  • L’entrée est fixée à 2 euros.
  • L’exposition est constituée d’une tranchée reconstituée sur 100 mètres carrés et d’une exposition de photos et d’objets.
  • Elle a nécessité le transport de quinze tonnes de matériaux.

 

Un boyau de la Grande Guerre serpente, d’une façon étrange, dans la salle des fêtes de Vic-sur-Aisne. Des tiges de roseau tressées forment un fragile abri. À quelques mètres, des assemblages de bois constituent un rempart près d’un nid de barbelés. « C’est la première fois que nous reconstituons des tranchées allemandes et françaises séparées par un trou d’obus », raconte Marc Pamart, un des bénévoles de l’association Soissonnais 14-18. Elle compte cinq cents membres et témoigne par sa vigueur de l’empreinte vivante de 14-18 dans notre région.

« Il faut être un peu fou pour entreprendre une telle réalisation », complète le bénévole. Ses lèvres esquissent un mince sourire. On y lit la satisfaction de s’engager sur un sentier escarpé offrant une vue imprenable. Les organisateurs veulent offrir une plongée dans la vie quotidienne des combattants.

Pour cette exposition, quinze tonnes de matériaux ont été entreposées dans la grande pièce de près de trois cents mètres carrés. Des éléments de plancher viennent de vraies tranchées comme plusieurs objets, des bidons, des queues-de-cochon, ces tiges utilisées pour fixer des rouleaux de fil de fer dans la terre. « La difficulté c’est d’être le plus possible dans la réalité », souligne Hervé Vatel, un enseignant en arts plastiques. Des mannequins, portant l’uniforme, vont aussi conquérir ces lieux.

Un carré métallique, un authentique bouclier marqué par des impacts, permet d’évoquer un étrange évènement survenu en mars 1915 : deux généraux, Maunoury et Villaret, ont été frappés par la même balle. Ils étaient justement placés derrière un petit rempart de fer quand ils ont été atteints par la percée d’une tranchée. Un endroit pour apercevoir l’ennemi.

 

Une histoire universelle et personnelle.

Les organisateurs veulent captiver, notamment, le public des classes. D’ailleurs, ils sont impressionnés par la richesse des questions posées par des adolescents, déjà accueillis lors des précédentes expositions. Pour atteindre le succès, il faut, donc, relever le défi de la surprise.

 

Dans le voisinage de la mort.

Une chapelle est même érigée. Elle se dresse fièrement avec ses parois blanches. Dans le voisinage perpétuel de la mort, Dieu est présent dans chacune des armées.

Des blocs de pierre sont couverts d’inscriptions de soldats allemands. Ce n’est pas un simple décor mais, là encore, des pièces authentiques.

Pour les participants, il ne s’agit pas seulement de se rapprocher des combattants souffrant de la peur, du gel, des rats, des poux. Mais aussi de ne pas trahir l’histoire des proches.

« Mon père est parti comme prisonnier à l’âge de 15 ans à Saint-Victor le 20 septembre 1914. Il est revenu en novembre 1918. Il se trouvait à Leschelle, en Thiérachie, dans une scierie. En 1916, mes grands-parents ont su qu’il était vivant en recevant une lettre », raconte Marc Pamart.

                                                                                                              Thierry de Lestang Parade


Date de création : 26/08/2015 @ 22:36
Dernière modification : 28/08/2015 @ 22:04
Catégorie : Manifestations associatives

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par S1418 le 28/08/2015 @ 22:06

Maryse, merci beaucoup de cette précieuse collaboration pour transcrire le texte de cet article de l'Union du 24 août,afin que nos lecteurs puissent agréablement en profiter.


^ Haut ^