Manifestations associatives - Denis Rolland revient sur le Général Nivelle, le "massacreur"

L'historien Denis Rolland revient sur la vie du général "massacreur"

Conférence de Tulle le 29 novembre 2015

 

Nivelle_tulle_articlemont.jpg

version papier publiée le 19 novembre 2015 par La Montagne

 

Robert Nivelle, Tulliste controversé

L’historien Denis Rolland, en conférence ce soir, est l’auteur d’une biographie du général Nivelle. Une manière de revenir sur la réputation de ce Tulliste qui, autrefois a eu une place à son nom.

« Incompétent et massacreur ». Les adjectifs péjoratifs pour qualifier le général Nivelle ne manquent pas. Il n’en fallait pas plus pour éveiller la curiosité de l’historien Denis Rolland. « L’image du général Nivelle est tellement négative que j’ai voulu comprendre pourquoi. » Pendant trois ans, il s’est penché sur l’histoire de Robert Nivelle, né à Tulle, rue de la Barrière en 1856. Il lui a consacré un livre « L’inconnu du Chemin des Dames ». Cette biographie du général Nivelle est la seule. J’ai choisi un titre volontairement provocateur. »

 

Du héros au boucher

Provocateur parce que le général Nivelle est connu dans l’histoire française pour deux raisons. D’abord, pour son rôle dans la bataille de Verdun où, malgré les 362.000 morts français, il est resté l’instigateur de la victoire défensive.

Propulsé en héros, son nouveau statut s’est terni vite sur le Chemin des Dames en avril 1917. La désastreuse offensive du 16 avril lui a valu le surnom de « boucher ». C’est justement cette dernière image que la mémoire collective a retenu. « On a vécu un basculement mémoriel. L’histoire ne retient que Pétain comme héros de Verdun. Au moment du régime de Vichy, Pétain n’a cessé d’être acclamé et la Première Guerre mondiale était perçue de manière bipolaire. Les bons d’un côté et Nivelle de l’autre, » explique Denis Roland.

Serait-ce une des raisons pour lesquelles la place Nivelle, nommée ainsi en 1916 à Tulle a été débaptisée en 1944 au nom du résistant Albert Faucher ?

 

« Les Tullistes étaient fiers de la compter parmi leurs concitoyens »

Aucune réponse exacte ne figure dans les archives de l’époque. Pourtant Robert Nivelle a toujours été bien perçu par les Tullistes et les élus. « Dans les journaux de l’époque, le général Nivelle demeure le héros de Verdun et finalement le Chemin des Dames est très peu évoqué, » constate Nicolas Giner, responsable des archives municipales de Tulle.

Pour preuve, en 1920, le général Nivelle est revenu pour la première fois depuis la fin de la guerre, dans sa ville natale. Il a visité la manufacture d’armes avant d’être reçu par le maire de Tulle. Selon le journal, Le Corrézien, « M. le Maire a souhaité la bienvenue au vainqueur de Verdun, et lui a dit combien les Tullistes étaient fiers de le compter parmi leurs concitoyens. »

Pour son livre, Denis Rolland a consulté les documentations militaires et familiales. « J’ai lu les archives militaires, celle du Parlement à Londres et même celle d’Outre-Mer pour la période algérienne trop méconnue. »

 

Un travail d’enquêteur

Mais le plus intéressant pour l’historien, c’était d’avoir l’accès aux archives familiales. Ainsi, Denis Rolland a pu s’entretenir avec la femme du petit-fils du général. « Au début elle n’a pas voulu me parler par rapport à la réputation du personnage. Lorsqu’elle a accepté, je me suis rendu compte que finalement elle en savait assez peu. »

Au cours de ses recherches, Denis Rolland a fait une découverte exceptionnelle. « Un cousin éloigné des Nivelle m’a appelé pour me dire qu’il était en possession d’un album photo composé par une des filles du général. »

 

Une guerre incomprise

Grâce à ces archives et les photos inédites, Denis Rolland a beaucoup appris sur Robert Nivelle. « Dans son dossier militaire, il est décrit comme ayant beaucoup de bienveillance. Finalement sa gentillesse a été une faiblesse. » Denis Rolland insiste bien, à travers son livre, il n’a pas cherché à réhabiliter le général. « Sa mauvaise réputation est devenue un dogme. C’est tellement ancré que mon livre ne changera rien », insiste-t-il. Mais, sa biographie permet de mettre en perspective le fonctionnement de l’armée française lors de la Grande Guerre. « Les erreurs ne sont pas que du fait des militaires. Il y a des politiques derrière chaque décision. Plus ça va, plus la guerre de 14-18 est incompréhensible quand on s’y penche réellement. »

 

 

nivelletulle.jpg

version numérique publiée le 19 novembre 2015 par La Montagne

L’historien Denis Rolland, en conférence ce soir, est l’auteur d’une biographie du général Nivelle. Une manière de revenir sur la réputation de ce Tulliste qui, autrefois a eu une place à son nom.

«Incompétent et massacreur ». Les adjectifs péjoratifs pour qualifier le général Nivelle ne manquent pas. Il n'en fallait pas plus pour éveiller la curiosité de l'historien Denis Rolland. « L'image du général Nivelle est tellement négative que j'ai voulu comprendre pourquoi. » Pendant trois ans, il s'est penché sur l'histoire de Robert Nivelle, né à Tulle, rue de la Barrière en 1856. Il lui a consacré un livre "L'inconnu du Chemin des Dames". « Cette biographie du général Nivelle est la seule. J'ai choisi un titre volontairement provocateur. »

Du héros au boucher

Provocateur parce que le général Nivelle est connu dans l'histoire française pour deux raisons. D'abord, pour son rôle dans la bataille de Verdun où, malgré les 362.000 morts français, il est resté l'instigateur de la victoire défensive.

Propulsé en héros, son nouveau statut s'est terni vite sur le Chemin des Dames en avril 1917. La désastreuse offensive du 16 avril lui a vallu le surnom de "boucher". C'est justement cette dernière image que la mémoire collective a retenu. « On a vécu un basculement mémoriel. L'histoire ne retient que Pétain comme héros de Verdun. Au moment du régime de Vichy, Pétain n'a cessé d'être acclamé et la Première Guerre mondiale était perçue de manière bipolaire. Les bons d'un côté et Nivelle de l'autre, » explique Denis Rolland.

Serait-ce une des raisons pour lesquelles la place Nivelle, nommée ainsi en 1916 à Tulle a été débaptisée en 1944 au nom du résistant Albert Faucher ?

« Les Tullistes étaient fiers
de le compter parmi leurs concitoyens »

Aucune réponse exacte ne figure dans les archives de l'époque. Pourtant Robert Nivelle a toujours été bien perçu par les Tullistes et les élus. « Dans les journaux de l'époque, le général Nivelle demeure le héros de Verdun et finalement le Chemin des Dames est très peu évoqué, » constate Nicolas Giner, responsable des archives municipales de Tulle.

Pour preuve, en 1920, le général Nivelle est revenu pour la première fois depuis la fin de la guerre, dans sa ville natale. Il a visité la manufacture d'armes avant d'être reçu par le maire de Tulle. Selon le journal, Le Corrézien, « M. le Maire a souhaité la bienvenue au vainqueur de Verdun, et lui a dit combien les Tullistes étaient fiers de le compter parmi leurs concitoyens. »

Pour son livre, Denis Rolland a consulté les documentations militaires et familiales. « J'ai lu les archives militaires, celle du Parlement à Londres et même celle d'Outre-Mer pour la période algérienne trop méconnue. »

Un travail d'enquêteur

Mais le plus intéressant pour l'historien, c'était d'avoir l'accès aux archives familiales. Ainsi, Denis Rolland a pu s'entretenir avec la femme du petit-fils du général. « Au début elle n'a pas voulu me parler par rapport à la réputation du personnage. Lorsqu'elle a accepté, je me suis rendu compte que finalement elle en savait assez peu. »

Au cours de ses recherches, Denis Rolland a fait une découverte exceptionnelle. « Un cousin éloigné des Nivelle m'a appellé pour me dire qu'il était en possession d'un album photo composé par une des filles du général. »

Une guerre incomprise

Grâce à ces archives et les photos inédites, Denis Rolland a beaucoup appris sur Robert Nivelle. « Dans son dossier militaire, il est décrit comme ayant beaucoup de bienveillance. Finalement sa gentillesse a été une faiblesse. » Denis Rolland insiste bien, à travers son livre, il n'a pas cherché à réhabiliter le général. « Sa mauvaise réputation est devenue un dogme. C'est tellement ancré que mon livre ne changera rien », insiste-t-il . Mais, sa biographie permet de mettre en perspective le fonctionnement de l'armée française lors de la Grande Guerre. « Les erreurs ne sont pas que du fait des militaires. Il y a des politiques derrière chaque décision. Plus ça va, plus la guerre de 14-18 est incompréhensible quand on s'y penche réellement. »

Pratique. Conférence sur le Général Nivelle par Denis Rolland. Jeudi 19 novembre à la Médiathèque Éric Rohmer. 18h30. Gratuit

Margaux Rousset
 

article La Montagne 19 novembre 2015

tulle@centrefrance.com

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/2015/11/19/robert-nivelle-tulliste-controverse_11670400.html

 

Retrouvez l'article consacré à la publication du livre de Denis Rolland, Nivelle, l'inconnu du chemin des dames ICI.

 


Date de création : 26/12/2015 @ 13:16
Dernière modification : 26/12/2015 @ 13:36
Catégorie : Manifestations associatives

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^