Fusillés - "Mon grand-père a été victime d’une injustice"

"Mon grand-père a été victime d’une injustice"

Publié dans Le progrès du 11 novembre 2017

« Je me mets à la place des familles. Moi, quelque part, je suis lavé, je n’en souffre plus. Mais j’ai eu de la peine. Mon grand-père a été victime d’une injustice ». Jean-Claude Petelet, 77 ans, petit-fils d’un « fusillé pour l’exemple » réhabilité, a récemment cosigné un « appel à la République » pour la réhabilitation de ces hommes, tués durant la Première Guerre mondiale pour désobéissance. A l’occasion des commémorations du 11 novembre, de nombreuses associations pacifistes ou de mémoire de la guerre remettent ce serpent de mer sur la table : près de 100 ans plus tard, quelques 639 de ces « fusillés par la France » n’ont toujours pas vu leur honneur restauré.

« Ni traîtres, ni lâches ».

Claude Pettelet, le grand-père de Jean-Claude Petelet (leurs noms sont différents), a eu la chance d’être remis à l’honneur très vite, dès 1921. En 1914, ce soldat de 27 ans, marié et père d’un petit garçon de 3 ans, a fait partie des « martyrs de Vingré », du nom d’un actuel lieu-dit de l’Aisne. Avec cinq autres camarades du 298e RI, il a été choisi au hasard parmi 24 autres, accusés d’abandon de poste en présence de l’ennemi alors qu’ils avaient obéi à l’ordre de repli de leur sous-lieutenant. Ils ont été fusillés le 4 décembre 1914.

Sa famille a vécu une double peine. « Méprisée, menacée, ma grand-mère a dû investir dans un pistolet pour circuler en paix dans son village de l’Allier. Elle a aussi été privée de pension. Son fils, chassé et persécuté, n’a pas pu aller à l’école primaire, et c’est un vieil ecclésiastique à la retraite qui lui a fait classe », raconte Jean-Claude Petelet. C’est pour « laver cette tache » que le député PCF de l’Allier Jean-Paul Dufrègne  a demandé, fin octobre, à la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, de préciser la position du gouvernement sur la réhabilitation de ces soldats français fusillés. La réponse a été nette : la réhabilitation juridique au cas par cas ne serait pas possible. Pour autant, Jean-Paul Dufrègne n’abandonne pas son idée de « laver l’honneur » de ces soldats qui n’étaient « ni des traîtres, ni des lâches ». Avec André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme, ils ont préparé un projet de loi sur le sujet. Reste à savoir s’il sera mis à l’ordre du jour. En mai 2016, les députés Front de gauche avaient proposé un texte de ce type, mais il avait été retoqué.                           Florence Tricoire

in NOUVEL APPEL POUR REHABILITER LES « FUSILLES POUR L’EXEMPLE »

claudePettelet.jpg

 

img002.jpg


Date de création : 29/12/2017 @ 22:58
Dernière modification : 29/12/2017 @ 23:06
Catégorie : Fusillés

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^