En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Recherche
 
Fermer
INSCRIVEZ-VOUS!
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
142 Abonnés
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  615749 visiteurs
  3 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 4 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Bienvenue sur Soissonnais 14-18





 

Soissonnais 14-18, c’est une aventure de plus de 30 ans, une aventure de femmes et d’hommes passionnés par l’histoire dramatique vécue en terre picarde, par la volonté de rendre vivant la vie de ses hommes venus d’horizon différents se combattre ou survivre dans la boue des tranchées, c’est enfin partager avec les familles de tous ces héros leur mémoire, leur histoire et parfois une trace gravée dans la pierre, témoignage à jamais préservé et inventorié par les bénévoles de Soissonnais 14-18.

 Bien que le rideau soit tombé sur les cérémonies du Centenaire, des associations telles que la nôtre, fortes du soutien exceptionnellement fidèle de leurs adhérents et composées de passionnés désintéressés, resteront présentes et poursuivront leurs engagements.

Toujours avec modestie et volonté d’efficacité, Soissonnais 14-18 continuera de suivre sa voie en :

- Menant à bien les projets au long cours.

- Répondant aux invitations et sollicitations émanant de familles ou chercheurs

- Entretenant le patrimoine mémoriel.

-  Continuant à alimenter son site Internet et répondre ainsi à l’intérêt toujours vif des internautes pour l’histoire de la Grande Guerre en Soissonnais.

Notre site Internet, c’est 100 000 visiteurs par an, nous devons sans cesse l’alimenter et l’enrichir, nous avons besoin de vous tous, par vos analyses et vos apports personnels.  Vous constaterez la formidable documentation accessible à tous et la diversité des activités de notre association.    

Bienvenue sur notre site Soissonnais 14-18.

Jean Luc PAMART

La dernière nouvelle
Nouveau  Décès de Thérèse Guillalot - le 18/07/2019 @ 14:50 par Soissonnais14-18

 

C'est une grande Dame qui vient de nous quitter. Madame Thérèse Guillalot est décédée à l'âge de 89 ans. Sa maman était l'épouse de Jean Blanchard, un des 6 fusillés de Vingré. Elle vivait dans le culte de ce "Beau Père" inconnu, relisant sans cesse cette lettre magnifique écrite quelques heures avant son exécution.
Sa venue à Vingré et Confrécourt en 1995 m'a profondément marqué. Enfin je mettais un visage sur les familles des fusillés. Elle organisera avec son mari et ses amis d'Ambierle le premier pèlerinage à Vingré en 1999. Chaque famille était représentée, elles se retrouvaient pour la première fois. 
Quelle joie, avec Beatrix, de la retrouver à Ambierle en 2014, dans ce village qu'elle n'a jamais quitté, sa maison fleurie dominant le village, dominant la petite maison de Jean Blanchard qu'il a quittée un soir d’Août 1914 mais aussi le petit cimetière où reposent Jean et son ami Francisque Durantet.
Chère Madame Guillalot, au revoir là-haut...

Pour revoir l'article Pèlerinage en terre natale des fusillés, juin 2014 cliquer ICI

                                                                                          ****************************************************************************************

Lire la suite Lire la suite

 

C'est une grande Dame qui vient de nous quitter. Madame Thérèse Guillalot est décédée à l'âge de 89 ans. Sa maman était l'épouse de Jean Blanchard, un des 6 fusillés de Vingré. Elle vivait dans le culte de ce "Beau Père" inconnu, relisant sans cesse cette lettre magnifique écrite quelques heures avant son exécution.
Sa venue à Vingré et Confrécourt en 1995 m'a profondément marqué. Enfin je mettais un visage sur les familles des fusillés. Elle organisera avec son mari et ses amis d'Ambierle le premier pèlerinage à Vingré en 1999. Chaque famille était représentée, elles se retrouvaient pour la première fois. 
Quelle joie, avec Beatrix, de la retrouver à Ambierle en 2014, dans ce village qu'elle n'a jamais quitté, sa maison fleurie dominant le village, dominant la petite maison de Jean Blanchard qu'il a quittée un soir d’Août 1914 mais aussi le petit cimetière où reposent Jean et son ami Francisque Durantet.
Chère Madame Guillalot, au revoir là-haut...

Pour revoir l'article Pèlerinage en terre natale des fusillés, juin 2014 cliquer ICI

                                                                                          ****************************************************************************************

Fermer Fermer


 
 
Vous êtes ici :  Accueil